Loading

Accueil | Evénements | Emplois | Contact | Espace Presse | CGIAR Consortium
  | CGxchange | CG-mail | OCS
English version

 
AfricaRice-Google plus AfricaRice-FaceBook AfricaRice-Twitter AfricaRice-SlideShare AfricaRice-News-brief AfricaRice-Newsroom AfricaRice-Publications AfricaRice-Journal-articles AfricaRice-Photostream AfricaRice-Videos AfricaRice-Video-Podcasts AfricaRice-Audio-Podcasts

Africa Rice Center (AfricaRice)
 
Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice)
   

Accès accéléré des paysans aux innovations de la recherche

En Afrique subsaharienne (ASS), le temps qui s’écoule entre le développement et l’homologation officielle d’une variété peut prendre 14 années à cause de l’absence de systèmes fonctionnels d’homologation variétale dans la plupart des pays. Les acteurs ont longtemps plaidé en faveur d’un changement de ce système inefficace, qui limite l’accès des paysans aux nouvelles variétés.

L’implication des paysans dans le test des variétés améliorées, connue sous le nom de sélection variétale participative (PVS) peut contribuer à réduire ce délai. En 2009, sur la base des recommandations faites par AfricaRice et de la demande des paysans, le gouvernement du Sénégal a adopté un décret introduisant la PVS dans le cadre du processus officiel de pré-homologation.

L’impact de cette décision au Sénégal a été immédiatement senti puisque 16 nouvelles variétés de riz choisies par les paysans ont été homologuées pour une culture à grande échelle. Quinze de ces variétés ont été développées par le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice), dont 11 pour le système irrigué et quatre pour le système de plateau (terre sèche).

Le Sénégal fait partie des plus grands consommateurs de riz en ASS, avec une consommation annuelle d’environ 800 000 tonnes de riz. Cependant, la production locale ne couvre que 20 % de la demande nationale de riz, les 80 % restants sont couverts par le riz importé à hauteur d’environ 240 millions de dollars américains.

Dans le sillage de la crise causée par la flambée des prix des denrées alimentaires, en particulier le riz, qui a conduit à plusieurs émeutes dans le pays, le gouvernement a lancé un ambitieux plan pour que le Sénégal soit autosuffisant en riz d’ici 2015. L’intensification durable de la production de riz irrigué dans la vallée du fleuve Sénégal, qui représente 70 % de la production nationale de riz, a été choisie comme priorité majeure.

Les systèmes irrigués ont le plus grand potentiel de rendement à cause de la meilleure maîtrise de l’eau et de leur fiabilité. En utilisant les technologies développées par AfricaRice et ses partenaires, les systèmes irrigués au Sénégal et au Mali ont connu d’importantes augmentations des rendements au cours des 20 dernières années en passant d’environ 2 tonnes par hectare à près de 6 tonnes par hectare en moyenne en 2008. Cependant, les rendements potentiels dans ces systèmes peuvent atteindre 8 à 12 tonnes par hectare.

AfricaRice a développé des variétés précoces à haut rendement nommées « Sahel » qui conviennent à la double culture dans les programmes rizicoles irrigués. Trois variétés Sahel sont cultivées dans plus de 70 % de la vallée du fleuve Sénégal.

Pour permettre aux paysans de tirer le meilleur des variétés améliorées et de renforcer la durabilité de la riziculture irriguée au Sénégal, AfricaRice a introduit les options de gestion intégrée de la riziculture (GIR) qui incluent les options pour les engrais améliorées, les adventices, la gestion de l’eau, de même que les technologies post-récolte efficaces et les outils de prise de décision. Les études ont montré que même une adoption partielle de ces technologies par les producteurs de riz irrigué a entraîné 60 % d’augmentation des rendements dans les champs des paysans et 85 % d’augmentation des profits.

Une batteuse de riz, connue sous le nom de ASI, a été développée avec plusieurs partenaires, sur la base d’un prototype acheté à l’IRRI pour réduire les pertes post-récolte causées par le battage manuel en vue d’aider les producteurs de riz irrigué, en particulier les femmes. Depuis son homologation commerciale en 1997, ASI est devenue la batteuse la plus largement utilisée dans la vallée du fleuve Sénégal avec plus de 80 % de taux d’adoption parmi ceux qui sont exposés à la technologie. Sa contribution a été reconnue en 2003 lorsque le président du Sénégal a décerné à l’équipe de ASI le prix spécial pour la recherche scientifique.

 

Création d’entreprise semencières gérées par les femmes
L’accès aux financements agricoles
Mécanisation : essentielle à la production et à la transformation de riz
Le cas d’une moissonneuse-batteuse adaptée et accessible localement

Les travaux récents sur les maladies du riz en Afrique

Renforcement des capacités
Du riz performant sur les sols ferreux
Amélioration de la qualité des grains du riz local
Suffisamment de terres, suffisamment d’eau
Communication des stratégies de gestion des adventices
Accès accéléré des paysans aux innovations de la recherche
Ventes aux enchères expérimentales
Changements stratégiques
Oiseaux et adventices
Le riz Indica dans les plateaux africains
Sélection assistée par marqueurs (SAM)
Maladies du riz et changement climatique
Africa Rice Center (AfricaRice)

 

     

AfricaRice est un Centre de recherche du CGIAR – un
partenariat mondial de la recherche agricole pour un
futur sans faim.

AfricaRice est aussi une association
intergouvernementale
composée de pays membres africains.

 

Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice)
Siège

01 BP 4029, Abidjan 01, Côte d'Ivoire
T: +225 22 48 09 10; F: +225 22 44 26 29;

01 B.P. 2551, Bouaké 01, Côte d'Ivoire
T: +225 31 63 25 78; F: +225 31 63 28 00;

C: AfricaRice@cgiar.org

 

 

Events | Job | News brief |  News releases | Photos |  
Press clippings
| Publications | Slides | Videos |

Podcast
 

Licence Creative Commons